Témoignages

Un coach s’est déjà permis de faire des remarques sur ta vie
sexuelle ou la manière dont tu dois gérer ta vie privée.

J’ai porté plainte contre un entraineur pour harcèlement sexuel. Ma fédération l’a protégé.

« Tu es forte ‘pour une fille’ ! »

« Si tu vas au sprt, qui va s’occuper des enfants ? »

On m’a toujours traitée de ‘garçon manqué’

Tu fais un sport d’homme !

Toute ma jeunesse, mes seules idoles sportives étaient des hommes.

« La belle brune a franchi la ligne d’arrivée ! » –(cyclisme :un commentateur sportif )

« Quand c’est fatigué, les filles ça pleure et les garçons insultent » -(arts-martiaux : un coach)

Mais si tu fais du sport, qui va s’occuper des enfants ?

Pourquoi continuer à faire un sport aussi exigeant physiquement puisque tu as 1 enfant ?

J’évite de faire du jogging en solo pour ma sécurité

« Les leggings, ça a dû être inventé par un violeur ! » (un sportif à ses coéquipiers)

On me reproche ma musculature « trop imposante ». Je couvre souvent mes bras quand je suis dans l’espace public

Une marque m’a refusé un sponsoring car je ne voulais pas faire de photos sexy avec leurs équipements

Mon compagnon me reprochait de ne pas remplir mon « devoir conjugal » à cause de mes entraînements

J’étais enceinte, mon sponsor a rompu mon contrat

Le coach national ne supportait pas que nous soyons 2 filles en couple. Il nous a harcelées, puis écartées de l’équipe.

Quand j’ai atteint la puberté, mes parents m’ont interdit de pratiquer un sport de contact.

Prétextant le sport, mon entraîneur se permettait souvent de toucher mes fesses

Je gagnais trop de tournois. Mon apparence étant jugée trop « masculine ». Ils m’ont obligée à subir un test de féminité.

Mon ex coach nous a traitées, ma mère et moi, de « salopes » devant le directeur technique. La fédération lui a dit de « ne plus recommencer ».

J’ai porté plainte contre un entraîneur pour harcèlement sexuel et moral. Ma fédération l’a protégé.

J’avais 15 ans. J’étais sportive de haut niveau. Le préparateur physique a fait de moi sa maîtresse. Il était marié, père de famille. Ma fédération a fermé les yeux.

Nous étions en couple dans la même équipe. Je l’ai quitté. Il m’a étranglée lors d’un stage sportif. Les coachs l’ont couvert.

Quand on s’est séparés, il m’a dit : « à part moi, personne d’autre ne s’intéressera à toi. Tu as un corps d’homme. Putain, on dirait même une trans ! »

J’ai arrêté l’athlétisme épuisée par le harcèlement au quotidien de mon conjoint, j’avais peur qu’il me tue

Pour lui, le sport n’était pas fait pour la femme. Il a déchiré mon passeport, il a déchiré ma compétition